Cinéma

Cité sous haute tension

Primé sur la Croisette, le film de banlieue de Ladj Ly, Les Misérables, déjoue les clichés du genre. Humaniste, politique et percutant.
Cité sous haute tension
FILMCOOPI
Film

Pour son premier long métrage, Prix du jury à Cannes, Ladj Ly semble renouer avec le film de banlieue des années 1990, sur le modèle de La Haine de Mathieu Kassovitz ou Ma 6-T va crack-er de Jean-François Richet. Si on en retrouve l’éternel argument (une bavure policière déclenche une émeute), Les Misérables s’émancipe néanmoins du genre et de ses lieux communs – deal, rap, etc. Premier indice: le titre, qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion