Suisse

Des Suisses de l’étranger en colère

Pour Ariane Rustichelli, directrice de l’Organisation des Suisses de l’étranger, il faut ressusciter l’e-voting.
Des Suisses de l’étranger en colère
Ariane Rustichelli évoque les difficultés rencontrées par les Suisses de l’étranger à faire valoir leurs droits politiques. DR
Élections

La Cinquième suisse n’a, cette année, pas renouvelé l’exploit de faire élire l’un de ses représentants sous la Coupole fédérale. En 2015, l’ancien ambassadeur Tim Guldimann, établi à Berlin, était devenu le premier Suisse de l’étranger à siéger à Berne, avant de démissionner en 2018. Privés de système de vote électronique à la suite de la suspension des essais par la Confédération, les Suisses de l’étranger ont également moins participé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion