Culture

«Medecine Tree», plongée pudique au cœur d’une tragédie

Dans le cadre de la biennale No’Photo, Lucas Olivet présente Medecine Tree, autour des féminicides autochtones au Canada.
«Medecine Tree», plongée pudique au cœur d’une tragédie
LUCAS OLIVET
Photographie

Les clichés ne les montrent pas et c’est normal: nombre d’entre elles sont portées disparues. Depuis 1969, sur le tronçon surnommé Highway of Tears de la route 16 canadienne, de nombreuses femmes ont été enlevées ou assassinées. Elles sont pour la plupart autochtones, alourdissant un bilan national de plus de 1000 victimes indigènes depuis les années 1980, selon un rapport officiel de 2014. C’est dans cette zone de la Colombie-Britannique, à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion