Solidarité

Le ras-le-bol des Honduriens

Les manifestations se poursuivent au Honduras malgré le retrait des réformes de l’éducation et de la santé. Seule la démission du président Hernández peut dénouer la crise, selon ses opposants.
Le ras-le-bol des Honduriens
Des affrontements avec les forces de l’ordre ont marqué la mobilisation de l’opposition dimanche à Tegucigalpa, à l’occasion du 198e anniversaire de l’indépendance hondurienne. KEYSTONE
Amérique centrale

Ils arrivent avec des balles alors que nous n’avons que des livres!» La voix excitée, Walter Hernández, étudiant en journalisme à l’université nationale autonome du Honduras (UNAH), dénonce la répression des manifestations qui durent depuis quatre mois et demi dans tout le pays. Si les reformes controversées de la santé et de l’éducation ont été l’étincelle, la répression contre les manifestants ainsi que des accusations contre le président, Juan Orlando

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion