Vaud

L’institutrice sera régularisée au final

Le soutien de parents d’élèves pour qu’une maîtresse obtienne un contrat à durée indéterminée a payé.
Le rétr
Au cours des quatre dernières années, le Syndicat des services publics a traité quatre à cinq cas d’enseignants menacés de ne pas pouvoir être régularisés. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Lausanne 

Le cas est rare. Cette fin d’année scolaire et durant le début de l’été, les parents d’élèves d’une classe entière du niveau primaire se sont mobilisés pour la maîtresse d’école de leur enfant dans un établissement lausannois. Sophie, 51 ans, se voyait refuser par la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO) l’octroi d’un contrat à durée indéterminée (CDI) après en avoir enchaîné trois à durée déterminée, et ceci alors même

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion