Genève

Rues de la soif, les voisins trinquent

A l’Ecole-de-Médecine et à Henri-Blanvalet, connues pour leur concentration de bars, les habitants n’en peuvent plus. Malgré leur mobilisation, rien ne change. Y a-t-il un problème de gestion des nuisances?
Rues de la soif, les voisins trinquent
Les bars, terrasses comprises, ferment à 2h dès le jeudi (ici, à la rue Henri-Blanvalet). ERIC ROSET
Nuisances

Ah! Les petits plaisirs estivaux! Baignades, grillades ou encore ces longs moments passés entre amis à déguster le cocktail du moment et la morsure douce-amère du soleil. Si pour beaucoup les apéros sous les parasols des troquets genevois sont la promesse d’un bon moment, pour d’autres, il s’agit d’un véritable calvaire. C’est le cas notamment des riverains des «rues de la soif»: la très médiatisée Ecole-de-Médecine, à Plainpalais, et la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion