International

Rome n’existe pas

Ces derniers jours, un groupe d’une trentaine de personnes a marché à travers la périphérie de Rome. Récit d’une exploration célébrant le «possible» dans l’espace public.
Rome n’existe pas
Le groupe devant le Corviale, en banlieue romaine. CLAUDIA PAJEWSKI
Marche

Rome, mercredi 3 juillet, fin d’après-midi. Un groupe d’une trentaine de personnes âgées de 2 à 65 ans est réuni dans la cour ensoleillée du Teatro India, dans le sud de la capitale italienne. Les individus ont tous en commun d’avoir répondu à l’appel «Roma non esiste» (Rome n’existe pas) du collectif d’artistes-marcheurs DOM- (Leonardo Delogu et Valerio Sirna). Les participant-e-s étaient invité-e-s à rejoindre, pendant douze jours, une communauté nomade

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion