International

Après le procès des solidaires, celui des identitaires

Trois militants du groupe d’extrême droite Génération identitaire étaient jugés jeudi à Gap pour une opération antimigrants. Le procureur a demandé six mois ferme.
Après le procès des solidaires, celui des identitaires
A gauche, l’avocat de Génération identitaire, Pierre-Vincent Lambert; à droite, Clément Gandelin, le président de l’association d’extrême droite, avec deux militants de GI venus en soutien. CLR
France

En 2017, Génération identitaire avait affrété un bateau en Méditerranée, pour refouler les exilés vers les côtes africaines. Au printemps suivant, le groupe d’extrême droite organisait une autre opération antimigrants, cette fois-ci dans les Alpes. Une «mission» menée à la frontière franco-italienne, qui a valu à l’association de comparaître hier devant le tribunal de Gap (Hautes-Alpes) en tant que personne morale. Trois de ses militants étaient également poursuivis, tous du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion