Genève

Réintégration d’un cadre exigée

Pour la troisième fois en quelques mois, la Chambre administrative de la Cour de justice annule le licenciement d’un employé de l’Office des poursuites.
Réintégration d’un cadre exigée
L’Etat a dû réintégrer une cheffe de secteur et indemniser un autre employé licencié. JPDS
Office des poursuites

Et de trois. En quelques mois, la Chambre administrative de la Cour de justice s’est penchée à plusieurs reprises sur le licenciement d’employés de l’Office des poursuites (OP). Dans un arrêt sévère, rendu fin mai, elle ordonne la réintégration d’un ancien huissier-chef au service des saisies, injustement licencié par le Conseil d’Etat genevois en novembre 2017. Il s’agit justement d’une des situations dont Le Courrier s’est fait l’écho récemment. >

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion