Cinéma

Péril en la demeure

Premier cinéaste coréen palmé à Cannes, Bong Joon-ho signe avec Parasite une satire sociale sidérante et sans espoir, qui témoigne de son incontestable maestria.
Péril en la demeure
«Nous vivons dans une époque où le capitalisme règne, sans aucune alternative possible», estime Bong Joon-ho. FILMCOOPI
Film

Lauréat de la Palme d’or en mai dernier avec Parasite, Bong Joon­-ho est considéré depuis une bonne décennie comme un auteur majeur du cinéma coréen contemporain, aux côtés de Park Chan-wook (Old Boy, Mademoiselle). Et pourtant, son septième long métrage est seulement le deuxième ­distribué en Suisse (après Snowpiercer en 2014) et retenu en compétition à Cannes – après Okja, au cœur de la ­polémique Netflix en 2018. Festivals et DVD

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion