Suisse

Une marée violette déferle sur la Suisse

Des centaines de milliers de manifestantes ont exigé l’égalité dans les faits. La mobilisation a été très suivie et soutenue.
Les femmes de Suisse passent à l'action pour leurs droits 12
Des femmes manifestent sur la place St-Francois lors de la grève nationale des femmes ce vendredi 14 juin 2019 à Lausanne. KEYSTONE/Jean-Christophe Bott
Grève des femmes

Ce sont des centaines de milliers de femmes qui ont pris les rues de Suisse vendredi 14 juin pour crier leur colère quant à la persistance de nombreuses et profondes inégalités. Au quatre coins du pays, les mobilisations de masse ont permis aux manifestantes de faire entendre avec force leurs revendications, multiples et plurielles. Différences salariales, violences sexuelles et domestiques, sexualité, sexisme, harcèlement, migration ou encore charge mentale figuraient parmi les thématiques abordées sur les pancartes brandies et dans les slogans scandés pendant les cortèges.

Des manifestations qui se sont révélées massives. L’Union syndicale suisse (USS) a ainsi compté 70 000 participantes à Zurich et 40 000 à Bâle. Tout comme à Berne, selon l’ATS. En Suisse romande la mobilisation a aussi été prononcée. Au moins 40 000 manifestantes à Lausanne, entre 15 000 et 20 000 à Genève, 12 000 à Fribourg selon l’ATS, tout comme à Sion et encore 5000 à Neuchâtel et 4000 à Delémont.

Mobilisations décentralisées

Mais cette grève féministe et des femmes, organisée par de nombreux comités régionaux depuis plus d’un an, ne s’est pas résumée à ces marées violettes. Toute la journée du 14 juin – à partir de 0h01 même, à Lausanne notamment – une infinité d’actions délocalisées ont donné une amplitude inédite à la mobilisation. Brunchs, piques-niques, ateliers, lectures coordonnées à 11h du matin des dix-neuf points du manifeste, débrayages, actions sectorielles ont ainsi animé cette journée historique mais ont surtout permis de dénoncer une multitude de cas concrets d’inégalités.

Le secteur hospitalier s’est par exemple mobilisé, notamment aux HUG à Genève, et au CHUV à Lausanne. Des actions ont aussi été menées dans des centres commerciaux tandis que des rassemblements de chômeuses ou d’employées de maison migrantes ont permis de jeter la lumière sur de multiples discriminations spécifiques.

Actions symboliques

Parmi les actions symboliques, de nombreuses rues et places ont été rebaptisées dans plusieurs villes avec des noms féminins, comme à Lausanne ou encore à Fribourg, où la place Georges-Python est devenue Georgette-Pythonne. A Zurich, les militantes se sont fait remarquer en parcourant la ville avec la reproduction géante d’un clitoris, juché sur un chariot, et ont bloqué pendant deux heures le trafic aux abords de la gare en barrant les voies du tram avec des caddies à commission.

Dans l’après-midi, c’est à 15h24 qu’a eu lieu un nouveau haut moment symbolique coordonné dans tout le pays. Cette heure précise représente en effet, selon les statistiques de la différence salariale entre les genres, le moment de la journée de travail où les femmes cessent d’être payées. Il a été marqué dans les principaux rassemblements du pays. A Delémont par exemple, sur la place de la Gare, une énorme clameur s’est élevée à ce moment, à coups de sifflets, de louches et d’autres ustensiles de cuisine, rapporte l’ATS.

Une partie du monde politique a activement participé à la mobilisation. De nombreuses élues et membres d’exécutifs cantonaux et municipaux se sont ainsi mêlées aux cortèges. A Berne, plusieurs conseillères nationales, accompagnées par la conseillère fédérale Viola Amherd ont quitté la session au Palais fédéral à 11h. Elles ont été acclamées par les milliers de personnes présentes sur la place. L’USS a quant à elle qualifié cette grève des femmes de «plus grande manifestation politique de l’histoire récente».

Mais, comme l’ont rappelé nombre d’actrices des mobilisations, la grève du 14 juin n’a jamais été une finalité. Elle doit avant tout marquer une étape charnière. Un point d’appui pour relancer une lame de fond, un mouvement fort qui doit conscientiser une large frange de la population et forcer la main des autorités politiques pour atteindre rapidement une véritable égalité entre femmes et hommes.

Suisse Gustavo Kuhn Grève des femmes

Dossier Complet

La grève des femmes

mardi 11 juin 2019
Un événement majeur a marqué les luttes féministes en Suisse cette année: la grève  des femmes / grève féministe du 14 juin prochain.

Connexion