Genève

La «fraude électorale» se dégonfle

Après la perquisition au Service des votations, le procureur général, Olivier Jornot, ne fait état d’aucun indice de fraude. Mais il interroge le manque de rigueur à propos du dépouillement.
La «fraude électorale» se dégonfle
Olivier Jornot informe qu’il n’a également «aucun indice de corruption. Ni que des votations passées aient été affectées par des manœuvres frauduleuses. Keystone
Votation

La montagne accouche d’une souris. Ce lundi, le procureur général de Genève, Olivier Jornot, a convoqué la presse pour expliquer qu’«à ce stade, je n’ai aucun indice qu’une fraude électorale ait été commise, résultant d’une volonté délibérée». Jeudi, le procureur avait ordonné la perquisition du Service des votations (SVE) et la mise en prévention d’un auxiliaire soupçonné de fraude électorale. Son audition, le lendemain, a duré neuf heures, durant lesquelles

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion