International

No Podemos?

Dans le sillage des Indignés, le discours de démocratie radicale de Podemos a fait trembler l’establishment espagnol. Mais au seuil des législatives du 28 avril, le parti apparaît très affaibli. L’analyse de Jésus Sánchez.
No Podemos?
L’omniprésent Pablo Iglesias – atout et problème de son mouvement Podemos, qui arrive aux législatives du 28 avril en pleine crise. KEYSTONE
Espagne

Il est déjà loin le temps du Blitzkrieg qui devait porter les jeunes pousses de Podemos («Nous pouvons») au Palais de la Moncloa. Cinq ans après l’émergence du mouvement anti-austérité (lire ci-dessous), la bande à Pablo Iglesias ne rêve plus de «prendre d’assaut le ciel» des institutions espagnoles, comme en 2015 et 2016, lorsque la jeune formation de la gauche de la gauche agrégeait plus de 5 millions de suffrages1Y compris

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion