Neuchâtel

Des pizzas au goût amer

Démissions et arrêts maladie s’enchaînent chez Domino’s Pizza depuis janvier. Unia déplore l’inaction de la direction qui affirme, elle, avoir fait le ménage.
Des pizzas au goût amer
Une employée témoigne avec une cagoule, de peur de représailles. AMR
Ville de Neuchâtel

«Allô, Domino’s Pizza? Y’a de la friture sur la ligne. La direction ne répond plus à son personnel sur les conditions de travail dans l’entreprise!» Mardi, le syndicat Unia Neuchâtel a dénoncé, sur place, le climat délétère qui règne déjà depuis la fin de l’année dernière, et dont seraient victimes la vingtaine d’employés que compte le fast-food près de la gare. Pressions, brimades, humiliations, violence verbale et physique. La santé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion