Livres

Ainsi va la vie

Arthur Billerey publie  A l’aube des mouches, son premier recueil de poésie, aux Editions de l’Aire, où il travaille.
Ainsi va la vie
Poésie

Dans son idéale pureté, la fleur de Mallarmé était «l’absente de tout bouquet». Celle que dessine la plume d’Arthur Billerey ne pousse pas sur pareil terreau: «Ce n’est pas en disant fleur / que la couleur ouvre nos yeux / les tiens les miens ceux du facteur». Et pourtant ses vers persévèrent jusqu’à nouer «le bouquet d’une parole à venir», offerte au voisin de palier ou au monde entier. Poète né en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion