Cinéma

Bong Joon-ho, premiers émois cinéphiles

Pour sa carte blanche au FIFF, Bong Joon-ho a ­notamment ­sélectionné "Sugarland ­Express" de Steven Spielberg. FIFF/DR
FIFF

Cinéphile compulsif et féru de cinéma de genre, Bong Joon-ho se voit offrir une carte blanche par le FIFF. Le réalisateur coréen, à qui l’on doit des films de la trempe de Memories of Murder, The Host ou Snowpiercer, ne laisse jamais le public indifférent. Retenu dans son pays pour la postproduction de son prochain long métrage, le cinéaste ne viendra pas à Fribourg. Depuis Séoul, il évoque avec passion

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion