Neuchâtel

Premier bilan pour le salaire minimum

L’Union syndicale suisse estime que le salaire minimum n’a pas eu d’impact négatif sur le chômage neuchâtelois et dresse un bilan positif. Des conclusions nuancées par les taxis.
Premier bilan pour le salaire minimum
Tout comme l’horticulture et la viticulture, l’agriculture fait partie des secteurs qui ont bénéficié d’une exception avec un salaire minimum fixé à 17,02 francs contre 20,02 francs pour les autres professions. KEYSTONE
Économie

Un an et demi après l’introduction du salaire minimum, les menaces émises par le patronat sur une éventuelle augmentation du chômage sont définitivement balayées, estime l’Union syndicale suisse (USS). La faîtière syndicale a commandé une enquête réalisée par Daniel Kopp, chercheur à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. L’auteur s’appuie sur les chiffres du chômage neuchâtelois: d’août 2017, période de l’entrée en vigueur du salaire minimum à 19,70 francs de l’heure, à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion