Égalité

«Tu n’y arriveras jamais sans moi»

Mots assassins, dénigrement, diffamation, isolement, dépression, suicide: la violence psychologique en couple détruit. La loi suisse ne la reconnaît pourtant pas comme une infraction.
«Tu n’y arriveras jamais sans moi»
«Les violences psychologiques sont souvent les prémisses de la maltraitance physique», explique l’avocate Camille Maulini. KEYSTONE/Luis Berg
Violences conjugales

«Je vivais constamment avec la peur au ventre. D’abord charmeur et charismatique, il s’est transformé peu à peu. J’étais la proie d’un serpent qui lentement m’étouffait. Nous donnions l’illusion d’un couple parfait à l’extérieur. A l’intérieur, c’était l’horreur.» Ce sont les mots de Maria*, 37 ans, lorsqu’elle évoque l’enfer qu’elle a vécu avant de trouver le soutien de l’Association d’aide aux victimes de violences en couple (AVVEC), à Genève. L’actualité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion