Histoire

La dette homérique de l’Allemagne

La Grèce réclame 280 milliards d’euros à titre de réparation de guerre. Mais Berlin fait la sourde oreille.
La dette homérique de l’Allemagne
Soldats allemands hissant les couleurs devant le Parthénon, en 1941 sur l’Acropole, à Athènes. Une photo de propagande du IIIe Reich. BUNDESARCHIV/DR
Seconde Guerre mondiale

Le mois dernier, Angela Merkel a reconnu la responsabilité historique de l’Allemagne nazie en Grèce. Rendant hommage aux victimes, devant la tombe du soldat inconnu à Athènes, elle a affirmé que l’Allemagne assumait «complètement la responsabilité des crimes»: «Nous savons quelle souffrance nous avons infligée à la Grèce durant la période du national-socialisme», a-t-elle admis, avant de s’entretenir avec le président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos, et le premier

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion