International

«Si cela arrive, alors parlez!»

Le Sommet des évêques sur la protection des mineurs s’ouvre aujourd’hui à Rome. La Suisse a déjà introduit la tolérance zéro, avec dénonciation à la police ou demande d’extrait de casier judiciaire.
«Si cela arrive, alors parlez!»
Une marche blanche, visant à dénoncer l’absence de mesures à l’encontre des auteurs d’actes pédophiles, avait eu lieu en février 2017 sur la place Georges-Python à Fribourg. ALAIN WICHT ARCHIVES
Vatican

Dès aujourd’hui et jusqu’à dimanche se tient à Rome le Sommet des évêques sur la protection des mineurs. Environ 180 participants, dont le président des évêques suisses, Felix Gmür, des représentants des congrégations religieuses, des experts laïcs ainsi que des victimes tenteront d’apporter des réponses au fléau mondial des abus sexuels, qui entache depuis des années la crédibilité de l’Eglise catholique. Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, évoque

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion