Musique

Les Young Gods maîtrisent leurs données

Trente-quatre ans après sa formation, le groupe suisse livre un nouvel album, Data Mirage Tangram, issu d’improvisations live retravaillées. A la dictature des algorithmes, il oppose son humanisme.
Gods not dead
Cesare Pizzi, Franz Treichler et Bernard Trontin ont reboo(s)té les Gods en 2012. MEHDI BENKLER
Disque

En 2015, The Treichler-Pizzi-Trontin Experience se prêtait au jeu d’une résidence semi-anonyme au ­festival jazz de Cully. Ces jams publiques dans le caveau THBBC se concrétisent aujourd’hui sous la forme d’un album des Young Gods, un vrai, le premier en huit ans. Data Mirage Tangram renferme sept morceaux où le groupe explore une veine psychédélique aux structures souples, mélange de rock, d’électronique et d’improvisations. On y retrouve les incantations célestes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion