Solidarité

Vague de répression au Cameroun

Chahuté dans la rue depuis sa réélection contestée fin 2018, l’indéboulonnable président, Paul Biya, a fait arrêter son principal opposant et a interdit les manifestations.
Vague de répression au Cameroun
Fin octobre dernier, Paul Biya avait été réélu pour un septième mandat consécutif à la tête du pays après des élections contestées par l’opposition. KEYSTONE
Afrique

A la tête du pays depuis trente-six ans, le président camerounais, Paul Biya, a choisi la manière forte depuis une dizaine de jours pour tenter de mater la contestation de rue. A la suite d’une manifestation non autorisée le 26 janvier, lors de laquelle ont eu lieu des affrontements entre contestataires et forces de l’ordre, le pouvoir a incarcéré plus de 200 personnes, dont une majorité de cadres du parti d’opposition

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion