Lecteurs

Qui a peur d’une caisse maladie cantonale?

Jean-Jacques Maillard a du mal à saisir la position des partis de gauche sur l’initiative pour une caisse maladie cantonale.
Votations

Voilà plusieurs années que la grande majorité des assurés se plaint et critique le système actuel des caisses maladie, coûteux et très peu transparent. A Genève, un petit parti lance alors une initiative populaire forte de 14 000 signatures. Elle est simple: l’Etat crée une caisse maladie cantonale, soumise aux mêmes exigences que les caisses privées décriées, en ayant pour elle une transparence totale, l’absence de salaires mirobolants et pas de frais de lobbying.

Aussi incroyable que cela paraisse, tout le monde dit que c’est une bonne idée… mais qu’il ne faut pas faire comme ça. L’initiative est donc refusée par le Conseil d’Etat et la très grande majorité du Grand Conseil avec, à l’exception d’Ensemble à Gauche, tous les partis politiques de l’entente et de l’extrême-droite… jusqu’au parti socialiste, avec l’abstention des Verts.

Si le non de l’ensemble de la droite n’est pas pour m’étonner, je demeure pourtant perplexe devant l’attitude de notre Conseiller d’Etat Mauro Poggia, grand pourfendeur des caisses maladie qui aurait pu trouver là l’occasion de nous montrer ce qu’il savait faire au lieu de se porter en ennemi de cette initiative.

Je me pose aussi des questions sur le non socialiste et l’abstention verte. Car, tout compte fait, l’initiative ne propose pas autre chose que de mettre l’état et le privé en concurrence. Rien que pour voir…

Il n’est pas impossible que la caisse cantonale rencontre les mêmes difficultés que les caisses actuelles. Encore faudrait-il le vérifier. Avec ses imperfections, l’initiative du Parti du Travail a le mérite de tenter quelque chose. J’en ai assez d’attendre et que rien ne se passe. Je voterai donc Oui le 10 février.

Jean-Jacques Maillard,
Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votations

Connexion