L’information en détention

Jamal a été arrêté le 5 février 2013 et, après trois mois d’interrogatoires sous torture dans un centre de détention des services de renseignement, il a été transféré dans une prison, puis une autre, d’où il a été libéré fin juin 2018, après avoir soudoyé toute la chaîne judiciaire. «C’est un vaste marché noir», témoignait-il depuis sa cellule à son ami Majd, réfugié en Allemagne, grâce au téléphone qu’un pot-de-vin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion