Histoire

Joséphine Baker, espionne de charme

L’icône noire des années folles, reine du music-hall à Paris, fut une ardente patriote de la France libre.
Joséphine Baker, espionne de charme 1
L’artiste Joséphine Baker dans son célèbre costume-bananes en 1927… et en espionne de guerre durant la Seconde Guerre mondiale. LUCIEN WALERY/DR
Résistance

On la surnommait la Vénus d’Ebène. L’étoile inoubliable des Folies-Bergère et du théâtre des Champs-Elysées brûlait les planches dans les années 1920 aux rythmes endiablés du charleston, à peine vêtue d’une ceinture de bananes. Reine du music-hall, danseuse et chanteuse succédant à Mistinguett au Casino de Paris, actrice au côté de Jean Gabin dans Zouzou de Marc Allégret, égérie des cubistes, maîtresse de Georges Simenon, «Néfertiti» de Pablo Picasso, Joséphine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion