Dissidence électrique à Leningrad
Au centre à la guitare, Viktor Tsoï (Teo Yoo). XENIX FILM DISTRIBUTION
Cinéma

Dissidence électrique à Leningrad

Dédié à deux pionniers du rock soviétique, Leto dépasse largement le contrat du genre. Kirill Serebrennikov, assigné à résidence en Russie, signe un film sublime, romantique et subversif.
Film

Au début des années 1980, Leningrad abrite une scène rock semi-clandestine, surveillée de près dans une URSS proche de la Perestroïka, mais encore hostile aux influences occidentales. Ses héros sont Mike Naumenko et Viktor Tsoï, fondateurs des groupes Zoopark et Kino, qui découvrent sous le manteau Lou Reed, T-Rex ou Bob Dylan, le glam-rock, le punk et la new wave. En compétition à Cannes, mais injustement oublié au palmarès, Leto

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion