Genève

«La violence dans le foot n’est pas une fatalité»

Constatant la recrudescence des actes violents dans les stades, les acteurs du football amateur genevois se sont réunis. Des ébauches de solutions émergent.
«La violence dans le foot n’est pas une fatalité» 1
A l’échelle du pays et sur une quinzaine d’années, les statistiques de l’Association suisse de football révèlent une diminution générale du nombre d’infractions graves. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Sport

Arbitres, délégués des clubs et des associations faîtières, ou représentants communaux, plus de cent personnes ont répondu présent mercredi soir pour les premiers Etats généraux sur la violence dans le football, organisés par le canton et la Ville de Genève. Objectif: donner un signal fort pour lutter contre les incidents constatés sur et autour des terrains. Au bout du lac, la grève des hommes en noir en septembre dernier a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion