Religions

Eglise et Etat: un divorce difficile

Malgré un accord conclu, la séparation entre l’Etat et son principal culte reste difficile à accepter pour de nombreux Grecs et leurs représentants religieux.
Eglise et Etat: un divorce difficile
Des nouveaux membres du cabinet grec prêtent serment durant une cérémonie au palais présidentiel en juillet 2015. KEYSTONE
Grèce

Une «guerre sainte»! Ainsi le quotidien Avgi, propriété de Syriza, le parti de gauche au gouvernement, définit-il la bataille qui agite la Grèce en ce moment, autour de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Paradoxe, elle débute par un «accord historique» conclu le 6 novembre entre Mgr Iéronymos, chef de l’Eglise orthodoxe grecque, et Alexis Tsípras, premier ministre. Qui passe mal dans un pays dont la Constitution de 1975

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion