Suisse

«Pris entre deux feux»

La modification de la loi sur la surveillance des assurés concerne tous les citoyens, mais avec quel impact sur les personnes déjà fragilisées par un trouble psychique?
«Pris entre deux feux»
«Dans le cas d’une dépression, on cherche en premier lieu, à se reconnecter avec son plaisir (...), témoigne Sophie. Reprendre confiance dans les actes quotidiens demande du temps.» KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Votations fédérales

Au-delà de la question de l’espionnage, la votation de dimanche sur la surveillance des assurés interroge sur les pressions subies ou ressenties par les bénéficiaires des assurances sociales. Lorsqu’on tend l’oreille du côté des professionnels de la santé mentale, un terme revient de manière récurrente: stigmatisation. «C’est l’élément le plus grave exercé par ce débat et les mesures de surveillance. Les malades ont déjà le malheur de l’être. En focalisant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion