Cinéma

Foisonnements audiovisuels

Dès vendredi à Genève, le GIFF fait dialoguer cinéma, séries et réalité virtuelle. Rencontre avec son directeur Emmanuel Cuénod, qui décrypte les enjeux de la création entre grand et petits écrans.
Foisonnements audiovisuels 1
Vestige d’Aaron Bradbury, «l’une des contributions les plus fascinantes à l’art immersif» selon le GIFF. ATLAS V / NSC CREATIVE
GIFF

Né Cinéma Tout Ecran, puis rebaptisé Festival Tous Ecrans, il répond désormais à l’acronyme de GIFF pour Geneva International Film Festival. Trois appellations en deux décennies, pour autant de mues et de crises d’identité. Fondée en 1995 par Léo Kaneman, la manifestation plaidait pour la qualité décriée des productions télévisuelles, en mariant petit et grand écran. Alors que les séries gagnaient leurs galons artistiques, délaissant le septième art, le festival

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion