Lecteurs

Lettre aux Brésiliens de Genève

Via une lettre ouverte, une trentaine de signataires issus des milieux progressistes appellent les Brésiliens de Suisse à ne pas voter pour le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro à l’élection présidentielle ce dimanche.
On nous écrit

Depuis de nombreuses années, nous nous engageons à vos côtés dans la lutte pour les droits sociaux, les droits humains et les droits de migrants ici à Genève et en Suisse. Nous sommes attachés au respect et à l’amélioration de ces droits chez nous et partout dans le monde.

Aujourd’hui, nous sommes obligés de vous exprimer notre plus grande inquiétude quant à l’avenir du Brésil à l’échéance du deuxième tour des élections présidentielles dans votre pays, pays que nous aimons. Les conséquences de l’élection d’un candidat qui méprise les valeurs démocratiques, qui méprise les femmes et les gens qui n’appartiennent pas à la race blanche, qui prône le recours à la violence et qui glorifie la dictature, nous fait craindre le pire pour le Brésil.

C’est pourquoi nous vous invitons vivement à réfléchir deux fois et à ne pas donner votre voix au candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro et de soutenir Fernando Haddad et Manuela D’Avila, les candidats qui soutiennent les valeurs que nous défendons avec vous ici en Suisse.

Ueli Leuenberger, ancien conseiller national, ancien président du Collectif de soutien aux sans-papiers; José Maria Hans, ancien permanent du SIT, ancien membre du Collectif de soutien aux sans-papiers; Ynés Gerardo, sociologue, ancienne membre fondatrice du Collectif de soutien aux sans-papiers; Silas Texeira, ancien permanent d’UNIA, ex-membre fondateur du PT à Jaboatao; Cristina Heiniger Freire, membre fondatrice de l’association Maison pour la Culture Paulo Freire; Alberto Heiniger, membre de l’association Maison pour la Culture Paulo Freire; Gretta Gan Rebmann, médecin; Hugo Gurin, président du syndicat ADETRA; Yvan Rochat, député au Grand Conseil, maire de Vernier; Stéfanie Prezioso, professeure à l’université de Lausanne; Christophe Koessler, journaliste; Fátima Cilene de Souza, juriste droit du travail et droit des étrangers en Suisse; Laurence Fehlmann Rielle, conseillère nationale; Nicolas Walder, maire de Carouge; Camila Aros, Secrétaire syndicale UNIA; Jean Rossiaud, député au Grand Conseil, co-directeur Forum démocratique mondial; Lisa Mazzone, conseillère nationale; Carlo Sommaruga, conseiller national; Catherine Haus, présidente du Jardin des disparus, Davide De Filippo, secrétaire syndical SIT; Thierrry Horner, secrétaire syndical SIT; Luca Pattaroni, sociologue (EPFL); Damien Pattaroni, professeur; Sophie Siegrist Pattaroni; Eric Hardmeyer, animateur nature à Genève; Carla Silva Hardmeyer, chercheuse à Université de Genève et enseignante, Fatima De Souza, juriste droit du travail et droit des étrangers en Suisse, Commission internationale de la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS); Syndicat UNIA-Genève; Syndicat SIT, Genève.

Opinions Lecteurs On nous écrit Appel

Connexion