Solidarité

«Pas pauvres, mais appauvris»

La chute du président Blaise Compaoré en 2014 n’a pas entraîné une meilleure gestion des deniers publics, selon le mouvement social le Balai citoyen. Ce dernier essaie de construire un contre-pouvoir.
«Pas pauvres, mais appauvris» 1
Lors de l’insurrection de 2014 et des manifestations contre la tentative de coup d’Etat de 2015, les jeunes burkinabè ont montré leur détermination à obtenir des changements en faveur du bien commun. Pour le Balai citoyen, ce n’est qu’un début. Keystone
Burkina Faso

L’un des principaux mouvements sociaux qui ont conduit à la chute du président Blaise Compaoré en 2014 reste très actif au Burkina Faso. Le Balai citoyen ne cesse d’œuvrer à la construction d’un contre-pouvoir capable d’imposer une véritable révolution démocratique dans un pays qui continue, selon lui, à être miné par la corruption et la mal-gouvernance. A l’heure où la justice burkinabè lutte contre vents et marées pour faire la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion