Scène

«Je suis spectatrice du désastre»

Pour sa première création, Justine Ruchat a mené un travail d’investigation autour de la manipulation au sein d’une secte. A découvrir au Galpon, à Genève.
«Je suis spectatrice du désastre»
Au jeu, Justine Ruchat et Mathilde Cloux dans EnQuête. ISABELLE MEISTER
La Bâtie

Justine Ruchat a 28 ans. Elle est la petite dernière d’une grande fratrie et n’a pas connu les années libertaires post-68, au cours desquelles des membres de sa famille comptaient parmi les sympathisants d’une secte fédérée par une figure d’influence: un musicien suisse, se présentant comme un physicien et prônant ses théories alimentaires fondées sur le crudivégétalisme, mais aussi sexuelles, et qui a fait l’objet de plusieurs condamnations pour pédophilie. Pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion