Livres

A l’ombre des grands noms

La mère d’Aragon, la dernière maîtresse de Breton et Robert Gilbert-Lecomte, créateur de la revue Le Grand Jeu, reprennent vie dans trois ouvrages de la rentrée littéraire.
A l'ombre des grands noms
Louis Aragon et sa mère, Marguerite Toucas-Massillon, vers 1907. DR
littérature française

Louis Aragon, André Breton, Roger Gilbert-Lecomte. Dans les années 1930, la trajectoire des deux grandes figures du surréalisme a croisé celle du fondateur de la revue Le Grand Jeu, étoile filante à l’œuvre aussi brève et fulgurante que sa vie dédiée au rimbaldien dérèglement de tous les sens. Dans un café parisien, le groupe surréaliste avait convié la petite équipe de rédaction de la revue. Il y avait là Breton

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion