Contrechamp

Le serment d’hypocrite?

Entre le patient et son médecin se joue un jeu de relations complexes au sein desquelles dire la vérité ne va pas toujours de soi. Une dose d’irrationalité avec laquelle chaque praticien doit composer au quotidien. Interview de Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, par Campus.
Le serment d’hypocrite?
Bertrand Kiefer: «Le médecin doit assumer le fait d’exagérer ses certitudes». Photo: «Parcours de soin» FLICKR/CC0/MON ŒIL
Médecine

Reposant sur une recherche de haute qualité, des outils technologiques ultrasophistiqués et une connaissance de plus en plus fine de la biologie humaine, la médecine apparaît généralement comme une science de la précision et de l’exactitude. Dans la pratique pourtant, l’art de soigner fait une large place au mensonge. C’est l’idée défendue par Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse1Bertrand Kiefer est également directeur des éditions Médecine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion