Cinéma

Rire jaune, colère noire

Oscillant entre comédie et pamphlet, BlacKkKlansman, de Spike Lee, peine à trouver sa voix.
Rire jaune, colère noire
Spike Lee s'inspire d'une anecdote réelle pour raconter l’infiltration d'un flic dans les rangs du Ku Klux Klan. UNIVERSAL
Cinéma américain

Un flic afro-américain infiltré dans les rangs du Ku Klux Klan? Bien réelle, l’anecdote était trop belle, taillée pour une comédie à la patine vintage – c’était au début des années 1970, à Colorado Springs. Option prise par Spike Lee avec BlacKkKlansman, Grand Prix du jury au dernier Festival de Cannes. Du moins dans sa première partie, où le très funky Ron Stallworth (John David Washington, fils de Denzel) contacte l’organisation

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion