Musique

Le nomadisme pop de Yasmine Hamdan

Figure de la pop arabe indépendante, la chanteuse vue à l’écran chez Jim Jarmusch éclaire ses choix avant son concert ce soir à Genève.
Le nomadisme pop de Yasmine Hamdan
Beyrouth, Paris, New York et la Grèce sont ses ports d’attache. TANIA FEGHALI
Concert

Il y a comme un air de «Sunday Morning» du Velvet Underground dans les arpèges de guitare de «Douss», chanson qui ouvre son album Al Jamilat. D’ailleurs, tout comme Lou Reed, ­Yasmine Hamdan s’appuie sur une ­ballade radieuse pour fredonner des choses graves. Ici, pas de lendemains de ­débauche new-yorkaise mais la gueule de bois d’une jeunesse arabe frustrée, larguée au milieu du gué. Que sont devenus les printemps prometteurs?

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion