Société

«Une pratique légitime et vitale»

Les espaces «non mixtes» suscitent régulièrement le débat, accusés parfois eux-mêmes de sexisme. Mais pourquoi perdurent-ils? Et quelle est leur fonction?
«Une pratique légitime et vitale»
La slutwalk de Genève en juin 2017.
Égalité

«Il semble que chaque génération politique doive la redécouvrir»: instrument de lutte pour le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, puis pour le mouvement féministe des années 1970, la non-mixité fait pourtant encore débat quand elle ressurgit, comme au cours du mouvement Nuit debout lorsque des femmes ont choisi de se réunir sans hommes. Lieux d’expression et de prise de conscience libérés de la présence des groupes dominants, les espaces

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion