International

Alex Jones, la mauvaise blague

L’influent conspirationniste américain est censuré. Même certains de ses détracteurs s’en offusquent.
Alex Jones, la mauvaise blague
Alex Jones a des millions de disciples qui écoutent ses émissions et lisent ses sites web. Tamir Kalifa/statesman.com KEYSTONE
États-Unis

Fraîchement banni des principaux réseaux sociaux pour «non-respect» de leurs règlements, Alex Jones va-t-il finir en martyr de la liberté d’expression? Depuis lundi, cet animateur texan de 44 ans, adepte de la théorie du complot et des idées d’extrême droite, cherche à retourner la situation à son avantage. Sur Twitter, plateforme qui l’accepte encore, il évoque bien sûr un complot, ne manquant pas au passage d’appeler ses millions de suiveurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion