Cinéma

Gardien du passé

Par son lyrisme, Les Versets de l’oubli, du réalisateur iranien Alireza Khatami acquiert la force d’une fable universelle.
Gardien du passé
ADOK FILMS
Chili

Le réalisateur est iranien, et on devine à peine que son film se déroule au Chili. Alors que la plupart des cinéastes du pays évoquent aujourd’hui plus ou moins frontalement les années de dictature et leur héritage, Alireza Khatami le fait ici de façon à la fois poétique et politique, limpide et métaphorique, triste et sublime: depuis un cimetière perdu sur les hauteurs d’une grande ville, en suivant les pas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion