Genève

L’Ocirt réclame 12’000 francs à une mère de famille

Une Genevoise engage, via Chèque service, une nounou sans papiers pour s’occuper de ses enfants. A la suite d’une erreur de calcul, l’Ocirt lui réclame des années d’arriérés de salaire.
L’Ocirt réclame 12 000 fr. à une mère de famille
«Il y a souvent des malentendus. Chèque service facilite la vie des employeurs et protège ceux qui travaillent, mais n’est pas un organe de contrôle», estime Laurent Paoliello, porte-parole du Département de l’emploi et de la santé. KEYSTONE/PHOTO PRETEXTE
Chèque service

Comme nombre de Genevois, Albane n’a pas obtenu de place en crèche pour ses enfants. Elle a donc cherché, et trouvé, une nounou, sud-américaine, sans statut légal, pour s’en occuper deux jours par semaine. Active dans le milieu associatif, soucieuse de respecter les règles, Albane refuse que la nounou travaille au noir et lui propose de passer par Chèque service. Ce qu’elle accepte puisqu’elle souhaite entreprendre des démarches en vue

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion