Genève

A l’étranger pour s’ouvrir au monde

(3/5) Les voyages à l’étranger ont la cote parmi les vacanciers en situation de handicap. Cap Loisirs explique pourquoi ils sont nécessaires. La Confédération en juge autrement.
A l’étranger pour s’ouvrir au monde
Photo tirée de l’exposition du photographe Jean-Michel Etchemaïté consacrée aux activités de loisirs de Cap Loisirs. JM ETCHEMAITE
Handicap

La plupart des organismes proposant des vacances pour les personnes avec handicap concoctent des offres à l’étranger. Celles-ci sont plébiscitées, malgré la complexité que peut représenter le trajet lui-même ou les difficultés linguistiques. Cap Loisirs explique leur intérêt et comment le changement légal a eu une influence sur son activité. La fondation accompagne depuis 1980, à Genève, les loisirs de personnes avec une déficience intellectuelle. Série d’été: En vacances avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion