International

«Uraniumgate» sur Léman

Après une perquisition en France, l’enquête sur «l’Uraniumgate» pourrait rebondir. La vente d’uranium entre le Niger, des filiales offshore d’Areva et des sociétés-écran est passée par un intermédiaire basé à Genève.
«Uraniumgate» sur Léman
Des travailleurs sur un site minier d’uranium près d’Arlit, dans le nord du Niger, exploité par Areva. KEYSTONE
Enquête

Géant du nucléaire, le groupe Areva est dans la tourmente depuis quelques années. La justice française s’était déjà penchée sur les conditions désastreuses de rachat à perte d’UraMin, une compagnie minière sud-africaine surévaluée. Le 28 novembre 2017, coup de théâtre: le parquet national financier (PNF) du Tribunal de grande instance de Paris ordonne des perquisitions au siège de la multinationale. Cette fois, il s’agit d’avancer sur un second dossier qui intéresse les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion