Neuchâtel

A l’uni, le féminin l’emporte

Afin de lancer un débat de fond sur les inégalités de genre, l’université de Neuchâtel a décidé de rédiger l’intégralité de ses statuts au féminin.
L’université de Neuchâtel compte environ 60% d’étudiantes. GUILLAUME PERRET / UNINE

«La rectrice peut déléguer ses compétences légales à un autre organe.» Cette phrase anodine, tirée des statuts de l’université de Neuchâtel adoptés mercredi, pourra en étonner plus d’un. L’assemblée de l’université a en effet décidé d’écrire tous les termes génériques et autres fonctions de l’institution exclusivement au féminin. On ne trouve ainsi dans les statuts plus que des «professeures», des «expertes» ou encore des «étudiantes». Le début du texte précise

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion