Édito

LGBTIQ: pour une égalité à tous les niveaux

LGBTIQ: pour une égalité à tous les niveaux
Il sera plus facile de changer de sexe auprès de l'état civil. KEYSTONE-ARCHIVES.
LGBTIQ

L’annonce est des plus réjouissantes pour les personnes trans: le Conseil fédéral a annoncé des simplifications administratives pour modifier son identité de genre à l’état civil. Plus besoin de passer par la case tribunal ou de présenter des expertises médico-psychologiques. S’il y a de quoi applaudir la nouvelle, la méconnaissance en matière d’identité de genre demeure coriace. D’aucuns craindraient que de malins esprits ne changent de genre pour «profiter du système», échapper au service militaire ou partir à la retraite un an plus tôt… On tombe des nues devant ces questionnements minimisant la démarche et la dimension intime qu’implique une transition. Et passons sur le mythe que la retraite des femmes à 64 ans serait un privilège alors qu’il s’agit d’une compensation en regard des innombrables inégalités en matière d’emploi et de salaire.

La semaine dernière, le monde célébrait la Journée de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Au quotidien, les minorités demeurent fragilisées, subissant des discriminations, voire des agressions. Pour le simple fait d’être en adéquation avec soi-même, le prix peut être lourd à payer. En 2017, le site LGBT + Helpline a recensé 95 agressions en Suisse, dont un tiers physiques, qui ne sont pour la plupart pas signalées à la police. Pour mieux lutter contre ces violences, une initiative parlementaire de Mathias Reynard (PS/VS) demande d’ailleurs d’étendre la disposition du Code pénal luttant contre la discrimination raciale à celles basées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Faire bouger le monde politique sur ces questions demeure compliqué. Mercredi, on apprenait ainsi le refus par le Conseil fédéral du postulat de Lisa Mazzone (Verts/GE), qui appelait à un état des lieux sur la population carcérale LGBTIQ1Les lesbiennes, gays, bisexuel·le·s, transgenres, intersexes et queer. Ces personnes sont particulièrement vulnérables en prison, car davantage exposées à la violence. Et leurs besoins spécifiques sont souvent ignorés. Certaines se voient privées de leurs traitements hormonaux ou sont parfois placées de manière inadéquate, sans considération pour leur changement de genre. Dire non à un recensement des problèmes – et des solutions parfois mises en place par les établissements carcéraux – revient à passer outre les inégalités rencontrées. Refuser de voir les problèmes ne les fait pourtant pas disparaître. L’égalité des droits pour les personnes LGBTIQ doit s’imposer à tous les niveaux, y compris lorsque cela implique davantage d’efforts de l’Etat qu’une simplification bureaucratique.

Notes   [ + ]

1. Les lesbiennes, gays, bisexuel·le·s, transgenres, intersexes et queer
Opinions Suisse Édito Laura Drompt LGBTIQ

Autour de l'article

Connexion