Solidarité

Les plumes saignent au Mexique

Le Mexique est l’un des pays le plus dangereux du monde pour les journalistes. Pour la Journée de la liberté de la presse, Le Courrier a interviewé une collègue du plus grand quotidien progressiste du pays.
Les journalistes mexicains payent un lourd tribut: l’an dernier, douze d’entre eux ont été assassinés. Eirinet Gómez témoigne. DR
Mexique

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, jeudi, Le Courrier s’est rendu dans l’Etat de Veracruz, au Mexique, dans l’une des régions les plus dangereuses au monde pour les journalistes. Officiellement, aucune guerre ne ravage le Mexique. Pourtant, avec la Syrie, il est le pays au monde où l’on déplore le plus d’assassinats de journalistes: douze meurtres l’an dernier. Publié il y a une quinzaine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion