Lecteurs

Revendiquez vos futures actions!

Raymond Joly adresse une lettre ouverte au MCG.
Mouvement citoyen genevois

Alors que le printemps a de la peine à faire sa place suite aux frimas de l’hiver, mais qu’heureusement ça et là nous pouvons admirer les premières palettes de couleurs d’arbres en fleurs, certains panneaux publicitaires qui vantent les valeurs des futurs candidats gangrènent le paysage.

Plusieurs de ces tableaux électoraux tentent avec violence d’affoler le quidam sur l’invasion de la ville de Genève par les frontaliers, voyous de tout poil et j’en passe!

Devant un stand du MCG, osons les pointer, devant la Coop de la rue de Carouge où sur une affiche on pouvait voir une énorme botte shooter un petit homme et l’inscription «Frontaliers dehors», j’osais m’insurger face aux populistes défendant une telle publicité électorale.

Il me fut alors répondu, que cette image pour le moins sordide avait comme fonction d’attirer l’attention de la population. Un cours de pédagogie en quelque sorte!

D’où ma proposition Messieurs, Mesdames pour vous faire encore mieux connaître.

En premier lieu, plutôt qu’un dessin, donnez dans le concret et revendiquez vos futures actions.

Plantez-vous, par exemple, un matin à la douane et avec un escadron de choc, muni de bottes cloutées, et refoulez ces maudits envahisseurs grâce à un coup de pied au cul, et faites une photo. Puis revendiquez haut et fort votre action.

Plus fort encore! Pour certains qui pointent l’horreur de la masse des réfugiés, je vous offre cet autre fait d’arme qui, je n’en doute pas sera repris médiatiquement localement voire mondialement.

Vous qui avez les moyens, à voir le prix dépensé pour la publicité affichée sur les transports publics, affrétez un bon yacht en méditerranée. Et là, à l’affût avec un harpon, coulez ces pneumatiques remplis de syriens, et toutes autres races qui osent chercher leur salut en Europe. Les populistes de toutes l’Europe crieront: «Enfin, ils ont osé.».

Avant de vous quitter sur ces propositions qui j’espère vous auront redonné du cœur à l’ouvrage, je me permets juste une petite interrogation:
«Naît-on dans tel pays par préméditation ou par hasard?»

*Raymond Joly, Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Mouvement citoyen genevois

Connexion