Genève

Une école de bouts de chandelles

Corsetée par les contraintes budgétaires, Anne Emery-Torracinta a assuré chaque rentrée. Elle a obtenu des moyens, mais pas à la hauteur des défis qu’affronte l’école.
Anne Emery-Torracinta, seule femme au sein du Conseil d’Etat durant cette législature. JPDS
Elections cantonales genevoises

Avec l’ouverture d’une enquête sur des abus contre des élèves au collège de Saussure et la suspension de la secrétaire générale du Département de l’instruction publique, de la culture et des sports (DIP), sa cheffe, Anne Emery-Torracinta, affronte une tempête qui pourrait avoir raison de son siège (lire ci-dessous). D’autant plus que son bilan de législature était déjà en demi-teinte. Corsetée par les contraintes budgétaires, la socialiste n’a pas encore

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion