Cinéma

Une demoiselle sauvage

Avec Et au pire, on se mariera, Léa Pool continue d’explorer le monde féminin et de l’adolescence.
Une demoiselle sauvage
FILMCOOPI
Portrait

«D’une manière ou d’une autre, tous mes films explorent le monde féminin ou celui de l’adolescence», nous disait Léa Pool l’an dernier, à la sortie de son documentaire Double Peine (portrait paru le 7 avril). Adaptation du roman éponyme de l’auteure franco-québécoise Sophie Bienvenu, Et au pire, on se mariera ne fait pas exception. La cinéaste helvético-canadienne renoue en revanche avec une veine plus intimiste, après le succès de La

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion