Genève

Chantiers bloqués, négociations exigées

Les ouvriers du gros œuvre exigent d’être entendus par le patronat. Ils dénoncent l’augmentation du travail temporaire et la stagnation de leurs salaires.
Les syndicats bloquent cinq chantiers
Quelque 300 personnes ont arrêté de travailler pendant l’action des syndicats genevois. CVY
Construction

Cinq gros chantiers de la ville de Genève ont été bloqués jeudi par les syndicats Syna, SIT et Unia. Déterminés à se faire entendre, ils ont convoqué la presse pour expliquer leur action, qui concerne près de 300 ouvriers. Ils déplorent le recours abusif au travail temporaire et l’absence d’augmentation de salaire depuis quatre ans. Leurs revendications, adressées en octobre dernier aux associations patronales, sont restées lettre morte. Ils exigent l’ouverture

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion